Anacardier

De WikiPhyto
(Redirigé depuis Cajou à pommes)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Anacardium occidentale

Nom de la plante

Anacardier, Pomme cajou, Cajou à pommes (noix de cajou)

Dénomination latine internationale

Anacardium occidentale L.

Famille botanique

Anacardiaceae

Description et habitat

  • Arbre ne dépassant pas 8 à 10 m de haut, fût court, tortueux, frondaison large descendant jusqu'au sol, tige trapue et épaissie à la base, feuilles simples, entières, alternes, coriaces, longues de 10 à 15 cm larges de 7 à 12 cm, de forme généralement obovale, glabres. Le sommet est largement arrondi, la base peut être en coin, retrécie ou arrondie. La nervure médiane et assez large et claire au dessus.
  • Fleurs : Petites, vertes ou rouge-verdâtre, longues de 7 à 9 mm, le fruit est un akène réniforme, appelé noix de cajou pendant au sommet d'un pédoncule charnu et juteux de couleur rouge ou jaune à maturité

Histoire et tradition

  • À distinguer d'Anacardium orientale, toxique (en homéopathie, teinture mère de fruit), contient des urushiols comme Rhus toxicodendron
  • Le nom Anacardium vient de la forme en cœur de son fruit, la noix de cajou, dont la coque contient une huile très caustique
  • On utilise :
    • Les feuilles et l'écorce, pour leurs propriétés médicinales
    • Le bois, très résistant à l'eau, entre dans la fabrication de canots et de pirogues
    • Les noix possèdent un péricarde dont on peut extraire le "baume de cajou" (ou cardol) de couleur brun rouge foncé, utilisé notamment dans l'industrie du cuir du fait de sa richesse en tanins

Parties utilisées

  • Feuilles
  • Écorce
  • Noix de cajou

Formes galéniques disponibles

Dosages usuels

  • Hypertension : Macérér 5 à 10 g de poudre d'écorces dans 1/2 litre d'eau. Boire 20 ml 2 fois par jour. Vérifier la tension.
  • Diabète : Même procédé. Vérifier la glycémie.

Composition

Composants principaux de la plante

  • Tanins galliques et catéchiques, flavonoïdes (feuilles)
  • Gomme et bassorine responsables des propriétés insecticides et adhésives (écorce)
  • Acide anacardique correspondant à l'acide salicylique (noix de cajou)

Composants principaux des bourgeons ou jeunes pousses

Composants principaux de l'huile essentielle

Propriétés

Propriétés de la plante

  • Propriétés vermifuge, hypoglycémiante et antihypertensive étudiées au laboratoire sur des animaux par différents auteurs cités par Kerharo [1]
  • Propriété vermifuge vérifiée sur l'homme après essai sur le chien
  • Le liquide de noix est efficace sur l'ankylostomiase (Kerharo)
  • L'extrait aqueux de l'écorce provoque une hypoglycémie chez l'homme normal [2]
  • L’acide anacardique de la noix de cajou est antibiotique

Propriétés du bourgeon

Propriétés de l'huile essentielle

Indications

Indications de la plante entière (phytothérapie)

  • Hypertension artérielle et diabète
  • Utilisation populaire : le suc épaissi du péricarpe est utilisé pour faire tomber les caries, pour brûler les cors et les verrues (jus de pomme-cajou)
  • Le jus de pédoncule est utilisé comme diurétique.
  • Les écorces décoctées dans de l'eau sont utilisées comme cicatrisantes et dans les " lavements intimes" des femmes pour retrécir l'orifice périnéal par voie orale ; en macération aqueuse et souvent en association avec les feuilles, elles sont anti-dysentériques et anti-entéralgiques.
  • 2. Utilisation par les guérisseurs : Le suc est utilisé par certains guérisseurs comme topique anti-lépreux : pour cela, faire couler sur les taches et à la faveur de la vésication ; appliquer ensuite différentes pâtes anti-lépreuses sur les plaies artificiellement réalisées.
  • La poudre d'écorces en infusion dans de l'eau est utilisée comme antihypertensive

Indications du bourgeon (gemmothérapie)

Indications spécifiques de l'huile essentielle (aromathérapie)

Mode d'action connu ou présumé

Formulations usuelles

Réglementation

Effets indésirables éventuels et précautions d'emploi

  • L'extrait est atoxique par voie orale alors que par voie intrapéritonéale, il est relativement plus toxique

Références bibliographiques

  • Fortin (D), Lo (M), Maynart (G) : Plantes méd. du Sahel.CECI/ENDA, 1990
  • Giono (H) (P) : Méthode d'essai des antihypertenseurs chez le singe Cynocéphale CR Soc.Biol. Fr., 1972, vol 166, pp 1810 - 1814
  1. Kerharo (J) : La pharm. sén. trad. et tox. Ed Vigot ; Paris ; 1974
  2. Pousset (J.) : Plantes médicinales africaines Utilisation pratique. ACCT, Paris, 1989, pp 21-23.