Colchicine

De WikiPhyto
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nom de la substance

Colchicine

Famille moléculaire

Alcaloïde tricyclique

Source végétale

Propriétés

  • Analgésique et anti-inflammatoire
  • Anti-rhumatismal
  • Antigoutteux spécifique
    • Par blocage de la mitose : c'est un poison du fuseau, elle inhibe la polymérisation de la tubuline et bloque ainsi la division cellulaire au stade métaphase
    • Par inhibition de la mobilité et de l'activité des neutrophiles, entraînant un effet anti-inflammatoire

Effet thérapeutique

  • Usage dans la crise de goutte, les arthrites micro-cristallines, la chondrocalcinose, la polychondrite chronique atrophiante, la maladie périodique (fièvre méditerranéenne familiale), la maladie de Behçet, la polychondrite chronique atrophiante, les péricardites récidivantes
    • Traitement de la crise de goutte : 1 mg 3 fois par jour le 1er jour, puis 1 mg matin et soir les 2 jours suivants, ensuite 1 mg le soir [2]
    • Traitement préventif de la crise de goutte : 1 mg par jour, le soir
    • Un de ses dérivés semi-synthétiques, le thiocolchicoside, est utilisé comme myorelaxant

Effets indésirables

  • Forte toxicité (la DL50 chez la souris est de 5,886 mg par kg) :
    • La colchicine est toxique à partir de 10 mg et mortelle au-delà de 40 mg: après une latence de 3 à 5 heures: gastro-entérite hémorragique, déshydratation, hypokaliémie, acidose métabolique, puis état de choc et troubles hématologiques, septicémie, insuffisance rénale et mort en une semaine, des cas d'intoxication sont encore décrits [1], [2], [3]
    • En cas de surdosage : diarrhées, nausées, vomissements, douleurs abdominales, paralysie neuro-musculaire progressive, leucopénie, thrombopénie, agranulocytose, alopécie, convulsions, atteinte rénale, choc septique, détresse respiratoire
    • Traitement : lavage gastrique, aspiration duodénale, antibiothérapie, réanimation
  • Association à certains médicaments contre-indiquée (surtout en cas d'insuffisance rénale préalable) :
    • Diurétiques, anti-inflammatoires non stéroïdiens, IEC, sartans, ciclosporine, vérapamil, macrolides (sauf spiramycine), notamment clarithromycine, statines et fibrates ;
    • Risque hémorragique accru avec certains anticoagulants oraux (fluindione)
  • Azoospermie, leuco-neutropénie, urticaire, éruptions morbilliforme
  • Les données publiées chez les femmes enceintes exposées à la colchicine, le plus souvent pendant toute la grossesse, sont nombreuses et semblent rassurantes (chez la femme jeune, la colchicine est utilisée en particulier dans la maladie périodique et la maladie de Behçet) [4]

Bibliographie

  1. A Wolf, M Oliver, A Nau, C Boulliat, A Puidupin, E Peytel, J-L Moalic. Colchicine poisoning: a case report. Annales de Biologie Clinique, Volume 67, issue 5, septembre-octobre 2009 DOI : 10.1684/abc.2009.0366
  2. Hood RL. Colchicine poisoning. J Emerg Med. 1994 Mar-Apr;12(2):171-7. PMID 8207152
  3. Babu YP, Manjunath S, Bakkannavar SM, Acharya J, Kumar GN. Colchicine poisoning: a case report and review of literature. Med Sci Law. 2012 Oct;52(4):205-6. doi: 10.1258/msl.2012.012025. PMID 22941521
  4. CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes [1]