Cocaïer

De WikiPhyto
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Erythroxylum coca

Nom de la plante

Cocaïer, Coca

Dénomination latine internationale

Erythroxylum coca Lam. var. coca

Famille botanique

Erythroxylaceae

Description et habitat

  • Arbuste originaire de la Cordillière des Andes
  • Feuilles entières, elliptiques, vert-jaune, caractérisées par deux lignes de part et d’autre de la nervure médiane (dues à une préfoliation particulière)

Histoire et tradition

  • Connue en Amérique du Sud bien avant l’arrivée des conquistadores
  • Usage 3000 ans avant J.-C.
  • L'extrait de feuilles de coca fut éliminé de la formule du Coca-cola en 1904
  • Les feuilles étaient inscrites au tableau B des substances vénéneuses de la Pharmacopée (comme la cocaïne), aujourd’hui retirées de la vente en pharmacie

Parties utilisées

  • Feuilles

Formes galéniques disponibles

Dosages usuels

Composition

Composants principaux de la plante

Composants principaux des bourgeons ou jeunes pousses

Composants principaux de l'huile essentielle

Propriétés

Propriétés de la plante

  • Excitant et coupe-faim
  • Supprime sensations de faim, soif, froid et fatigue
  • Utilisée comme drogue de plaisir sexuel (permettrait d’avoir des orgasmes répétés) mais redoutable toxicité
  • Utilisée pour la prévention du mal des montagnes

Propriétés du bourgeon

Propriétés de l'huile essentielle

Indications

Indications de la plante entière (phytothérapie)

  • Les alcaloïdes sont peu solubles dans l’eau
  • Utilisation traditionnelle : mastication des feuilles en présence de chaux ou de cendres (basiques) qui transforment les alcaloïdes en bases libres lipophiles
  • Sous l’effet des bases et des enzymes de la salive, une grande partie de la cocaïne est transformée en ecgonine, à effet amphétamine-like
  • Remède du mal des montagnes

Indications du bourgeon (gemmothérapie)

Indications spécifiques de l'huile essentielle (aromathérapie)

Mode d'action connu ou présumé

  • La cocaïne est le principal anesthésique de surface naturel
  • Elle a servi de modèle pour synthétiser les anesthésiques locaux actuels
  • La cocaïne induit une toxicomanie :
    • Elle stimule le système nerveux central, possède un effet excitant, puis dépresseur avec confusion et dépression respiratoire
    • L'accoutumance survient avec un délabrement physique et mental

Formulations usuelles

Réglementation

Effets indésirables éventuels et précautions d'emploi

  • Induit une toxicomanie
  • La cocaïne provoque un « flash » euphorisant, excitant sur le plan intellectuel et physique, elle aurait la réputation d’être aphrodisiaque, mais une dépendance extrêmement marquée
    • La dépendance induit une apathie intellectuelle, un amaigrissement, des tremblements, puis des convulsions, des psychoses aiguës (paranoïa)
    • L'over-dose peut provoquer un infarctus aigu ou des hémorragies cérébrales
    • L'administration particulière en « sniff » entraîne des nécroses des parois nasales

Références bibliographiques