Scopolamine

De WikiPhyto
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nom de la substance

Scopolamine

Famille moléculaire

Alcaloïde tropanique

Source végétale

Propriétés

  • Effet parasympatholytique de type atropinique, anticholinergique, antagoniste compétitif de l'acétylcholine et des autres agonistes muscariniques :
    • Tachycardie, mydriase, diminution des sécrétions (salive, sueur) et ralentissement du transit intestinal
  • Sédatif central, contrairement à l'atropine
  • Mode d'action : en se liant aux récepteurs muscariniques de l'acétylcholine dans le système nerveux central et périphérique, elle empêche l'action de ce neurotransmetteur
  • Dosages de l'ordre du dixième de milligramme
    • Posologie habituellement préconisée chez l'adulte en injection sous-cutanée (cancérologie) : 0,2 à 0,6 mg de scopolamine base, et en dispositif transdermique (nausées, mal des transports) : 1 mg/72 h
    • À fortes doses, l'intoxication peut être mortelle, ou laisser des séquelles psychiatriques persistant plusieurs mois
    • La scopolamine a été testée comme sérum de vérité pendant la Seconde Guerre mondiale

Effet thérapeutique

  • Utilisée dans le mal des transports
  • Soins palliatifs : râles agoniques liés à l'encombrement des voies aériennes supérieures par excès de sécrétions salivaires (0,2 à 0,6 mg de scopolamine base en injection sous-cutanée) ANSM, indications, contre-indications, précautions
  • Utilisée dans la prise en charge de coliques hépatiques, douleurs spasmodiques, occlusions intestinales [1]

Effets indésirables

  • Ceux des atropiniques (voir atropine)
  • Délire en association à d'autres facteurs favorisants chez les sujets traités en soins palliatifs
    • Hallucinations délirantes, amnésie lacunaire antérograde, pertes de conscience (comme celles liées à la consommation de datura, jusquiame ou mandragore

Bibliographie

  1. Vidal : Substance active scopolamine [1]