Kigelia Africana

De WikiPhyto
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nom de la plante

Kigelia Africana, Arbre aux saucisses, Arbre à saucisses, Saucissonnier, Worsboom

Dénomination latine internationale

Kigelia africana, Kigelia pinnata

Famille botanique

Bignoniaceae

Description et habitat

  • Arbre de 10 - 12 m, originaire d’Afrique du Sud (nord), Tanzanie, Mozambique, présent dans d'autres pays d'Afrique en zones humides littoraux, feuillage persistant ou caduc selon le climat, grande feuille pennée à 8 - 10 folioles ovales, floraison nocturne nauséabonde, en longs panicules terminaux (1 m 80), grosses fleurs campanulées à 5 pétales, gros fruit brun pendant à peau liégeuse lisse, la pulpe fibreuse, non comestible, contient de nombreuses graines
  • La pollinisation est effectuée par les chauves-souris

Histoire et tradition

  • Dans les croyances africaines, c’est un arbre sacré car il apporterait la richesse
    • Chez les lébous du Cap-Vert, les matrones utilisent fréquemment la pulpe de ses fruits mûrs en décoction et en friction sur les seins des jeunes filles afin de les doter d’une poitrine avantageuse. Elles assurent que les mensurations pratiquées avant et après cette thérapeutique prouvent son bien-fondé
    • En médecine traditionnelle wolof d’autres parties de l’arbre sont utilisées: l’écorce est employée dans les états épileptiques et les racines sont utilisées dans les traitements de la stérilité

Parties utilisées

  • Écorce, pulpe fraîche des fruits

Formes galéniques disponibles

Dosages usuels

Composition

Composants principaux de la plante

Composants principaux des bourgeons ou jeunes pousses

Composants principaux de l'huile essentielle

Propriétés

Propriétés de la plante

  • L'écorce est utilisée dans la pharmacopée africaine entre autre pour traiter les morsures de serpents, soigner les maux d'estomac, les maux de dents.
  • La pulpe est utilisée traditionnellement par les femmes comme produit de beauté mais aussi pour traiter les abcés, les plaies et blessures, elle entre aujourd'hui dans la confection de certains cosmétiques. En cosmétologie ce sont les actifs contenus dans le fruit qui ont fait la preuve de leur efficacité pour améliorer la fermeté et l’élasticité de la peau
  • Depuis toujours dans la pharmacopée africaine la pulpe fraîche est prescrite en cataplasme pour traiter les rhumatismes et cuite elle était utilisée pour favoriser le développement des seins, des études ont démontré que cette pulpe contenait des lipides (stérols) qui étaient proches des hormones
  • Antibactérien [2]
  • Anti-inflammatoire (verminoside) [1]
  • Le fruit pourrait être utilisé dans le syndrome des ovaires polykystiques[3]

Propriétés du bourgeon

Propriétés de l'huile essentielle

Indications

Indications de la plante entière (phytothérapie)

  • En cosmétologie

Indications du bourgeon (gemmothérapie)

Indications spécifiques de l'huile essentielle (aromathérapie)

Mode d'action connu ou présumé

Formulations usuelles

Réglementation

Effets indésirables éventuels et précautions d'emploi

Références bibliographiques

  1. 1,0 et 1,1 Picerno P, Autore G, Marzocco S, Meloni M, Sanogo R, Aquino RP. Anti-inflammatory activity of verminoside from Kigelia africana and evaluation of cutaneous irritation in cell cultures and reconstituted human epidermis. J Nat Prod. 2005 Nov;68(11):1610-4. PMID 16309308
  2. O. M. Grace, M. E. Light, K. L. Lindsey, D. A. Mohol- land, J. V. Staden and A. K. Jager. Antibacterial Activity and Isolation of Active Compounds from Fruit of the Traditional African Medicinal Tree Kigelia africana. South African Journal of Botany, Vol. 66, No. 2, 2002, pp. 220-222. [1]
  3. Oyeku A. Oyelami, Kafayat O. Yusuf, Atinuke O. Oyelami. The Use of Kigelia africana in the Management of Polycystic Ovary Syndrome (PCOS). Chinese Medicine, 2012, 3, 1-3 doi:10.4236/cm.2012.31001 Published Online March 2012 (http://www.SciRP.org/journal/cm) [2]
  • Olatunji AG, Atolani O. Comprehensive Scientific Demystification of Kigelia africana: A Review. African Journal of Pure and Applied Chemistry, Vol. 3, No. 9, 2009, pp. 158-164. [3]