Chicorée sauvage

De WikiPhyto
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nom de la plante

Chicorée sauvage, chicorée

Dénomination latine internationale

Cichorium intybus L.

Famille botanique

Asteraceae

Description et habitat

  • Plante herbacée fréquente au bord des routes et des lieux incultes
  • Capitules terminaux et axillaires de fleurs bleues ligulées

Histoire et tradition

  • Autrefois appelée "héliotrope" en vertu de la capacité "divine" de sa fleur de s'ouvrir au lever du soleil et de se fermer lors de son coucher
  • Elle fut de tout temps associée aux maladies du foie, et considérée par Platéarius comme "froide et humide au second degré" [1]

Parties utilisées

  • Racine (et feuilles)

Formes galéniques disponibles

Dosages usuels

Composition

Composants principaux de la plante

Composants principaux des bourgeons ou jeunes pousses

Composants principaux de l'huile essentielle

Propriétés

Propriétés de la plante

  • Cholagogue, cholérétique
  • Diurétique, dépurative
  • Anti-oxydante
  • Protecteur gastrique, anti-ulcéreux (protège de l’ulcère expérimental)
  • Le kaempférol de la chicorée possède des propriétés pseudo-oestrogéniques et inhibe la perte osseuse chez la rate ovariectomisée
  • Absorbée par voie orale, l’inuline agit comme prébiotique sur la flore intestinale, elle parvient au colon sans être dégradée ni absorbée
  • Amélioration de la plaque dentaire [2]

Propriétés du bourgeon

Propriétés de l'huile essentielle

Indications

Indications de la plante entière (phytothérapie)

  • Troubles digestifs et hépato-biliaires
  • Colopathies (effet probiotique)
  • Ulcère gastrique

Indications du bourgeon (gemmothérapie)

Indications spécifiques de l'huile essentielle (aromathérapie)

Mode d'action connu ou présumé

Formulations usuelles

Réglementation

Effets indésirables éventuels et précautions d'emploi

  • Aucun effet indésirable connu

Références bibliographiques

  1. Platearius Mattheus. Le Livre des simples médecines d'après le manuscrit français 12322 de la Bibliothèque nationale de Paris. Ghislaine Malandin et Pierre Lieutaghi, Paris, Ozalid et Textes cardinaux, 1986, 361 p. 2e éd. 1990
  2. Signoretto C, Marchi A, Bertoncelli A, Burlacchini G, Milli A, Tessarolo F, Caola I, Papetti A, Pruzzo C, Zaura E, Lingström P, Ofek I, Spratt DA, Pratten J, Wilson M, Canepari P. Effects of mushroom and chicory extracts on the shape, physiology and proteome of the cariogenic bacterium Streptococcus mutans. BMC Complementary and Alternative Medicine 2013, 13:117 (29 May 2013) Abstract Provisional PDF
  • Rammal H, Younos C, Bouayed J, Chakou A, Bedouhene S, Soulimani R. Aperçu ethnobotanique et phytopharmacologique sur Cichorium intybus L. Revue Phytothérapie. Volume 6, Number 3 / juin 2008. Pages 184-186
  • Kisiel W, Zielińska K. Guaianolides from Cichorium intybus and structure revision of Cichorium sesquiterpene lactones. Phytochemistry. 2001 Jun;57(4):523-7. PMID 11394851