Lin

De WikiPhyto
(Redirigé depuis Linum usitatissimum)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Linum usitatissimum

Nom de la plante

Lin, flaxseed (anglais)

Dénomination latine internationale

Linum usitatissimum L.

Famille botanique

Linaceae

Description et habitat

  • Herbe annuelle dressée à feuilles simples, alternes, lancéolées
  • Fleurs solitaires pentamères à pétales bleus, à l’extrémité des des ramifications grêles de la tige
  • Le fruit est une capsule à 10 loges monoséminées

Histoire et tradition

  • Sans doute le plus vieux textile du monde, cultivé pour ses variétés à fibres, attesté en Turquie vers - 7000, en Grèce vers -1900, où il entre dans la nourriture, ce dont parlera aussi Thucydide, l'historien grec (465-395 av. J.-C.)

Parties utilisées

  • Graine

Formes galéniques disponibles

Dosages usuels

  • 1 à 2 cuillerées à soupe de graines concassées ou moules (il faut les broyer pour augmenter l’absorption des oméga-3 et permettre la libération des lignanes et leur transformation en phyto-estrogènes actifs), trempées pendant 20 minutes dans 150 ml d’eau (l’équivalent d’un grand verre d’eau, afin d’assurer une hydratation correcte des selles et éviter ainsi une obstruction de l’intestin)
    • Ne pas les prendre avant le coucher

Composition

Composants principaux de la plante

Composants principaux des bourgeons ou jeunes pousses

Composants principaux de l'huile essentielle

Propriétés

Propriétés de la plante

  • Anti-oxydant, laxatif et nutritif, action anti-inflammatoire, anti-oxydante, propriétés de modulation hormonale et amélioration du statut lipidique [5]
  • La meilleure source végétale d’acide linolénique oméga-3, deux cuillerées à soupe de graines de lin apportent plus de 140 % de l’apport quotidien recommandé en oméga-3
  • Le sécoisolaricirésinol est un lignane à propriétés phyto-œstrogéniques mais préventif des cancers [6] du sein [7] et du colon [8]
  • Les bactéries intestinales transforment le sécoisolaricirésinol et le matairésinol (lignanes) en entérodiol et entérolactone, qui interfèrent avec la laison des œstrogènes aux cellules mammaires

Propriétés du bourgeon

Propriétés de l'huile essentielle

Indications

Indications de la plante entière (phytothérapie)

  • Constipation
  • Colites spasmodiques
  • Régulateur de la flore digestive
  • Ménopause
  • Prévention des cancers du colon, du sein, de la prostate
  • Dyslipidémies

Indications du bourgeon (gemmothérapie)

Indications spécifiques de l'huile essentielle (aromathérapie)

Mode d'action connu ou présumé

  • Avec un indice de gonflement supérieur à 4, les mucilages du lin se dissolvent plus ou moins et gonflent au contact de l'eau pour former des gels ou solutions colloïdales
  • Anticancéreux, modulateurs des récepteurs aux œstrogènes

Formulations usuelles

Réglementation

Effets indésirables éventuels et précautions d'emploi

  • Le linamaroside est un hétéroside cyanogénétique pouvant induire la production d'acide cyanhydrique (HCN) par hydrolyse enzymatique
  • Prudence en cas de diverticulose et/ou de syndrome de l’intestin irritable, commencer par de petites doses de graines finement moulinées
  • Contre-indication en cas de sténose intestinale, iléus, paralysie intestinale, mégacôlon
  • Très rares cas de choc anaphylactique dus à une allergie aux protéines du lin
  • La prise de graines de lin peut diminuer l’absorption de certaines substances (fer, zinc, calcium, magnésium, vitamine B12, médicaments cardiaques, fluidifiants sanguins)
    • Il convient de respecter un délai d’au moins deux heures entre la prise de graines de lin et les médicaments contenant ces substances
    • Il ne faut pas jamais associer graines de lin et médicaments ralentissant le transit intestinal (par exemple dérivés de la morphine)
  • En cas de diabète traité par l’insuline, la prise de graines de lin au cours du repas peut nécessiter une diminution de la dose d’insuline à injecter (les mucilages ralentissent l’absorption des sucres du repas).
  • L’utilisation lors de la grossesse et de l’allaitement n’est pas recommandée, en raison de l’activité estrogénique des lignanes
  • Déconseillé chez les enfants de moins de douze ans

Références bibliographiques

  1. Guilloux K, Gaillard I, Courtois J, Courtois B, Petit E. Production of arabinoxylan-oligosaccharides from flaxseed (Linum usitatissimum). J Agric Food Chem. 2009 Dec 9;57(23):11308-13. doi: 10.1021/jf902212z. PMID 19888729
  2. Warrand J, Michaud P, Picton L, Muller G, Courtois B, Ralainirina R, Courtois J. Flax (Linum usitatissimum) seed cake: a potential source of high molecular weight arabinoxylans? J Agric Food Chem. 2005 Mar 9;53(5):1449-52. PMID 15740022
  3. Naran R, Chen G, Carpita NC. Novel rhamnogalacturonan I and arabinoxylan polysaccharides of flax seed mucilage. Plant Physiol. 2008 Sep;148(1):132-41. doi: 10.1104/pp.108.123513. PMID 18667723
  4. Basch E, Bent S, Collins J, Dacey C, Hammerness P, Harrison M, Smith M, Szapary P, Ulbricht C, Vora M, Weissner W; Natural Standard Resource Collaboration. Flax and flaxseed oil (Linum usitatissimum): a review by the Natural Standard Research Collaboration. J Soc Integr Oncol. 2007 Summer;5(3):92-105. PMID 17761128
  5. Parikh M, Maddaford TG, Austria JA, Aliani M, Netticadan T, Pierce GN. Dietary Flaxseed as a Strategy for Improving Human Health. Nutrients. 2019 May 25;11(5). pii: E1171. doi: 10.3390/nu11051171. PMID 31130604
  6. Thompson LU, Seidl MM, Rickard SE, Orcheson LJ, Fong HH. Antitumorigenic effect of a mammalian lignan precursor from flaxseed. Nutr Cancer. 1996;26(2):159-65. PMID 8875553
  7. Thompson LU, Rickard SE, Orcheson LJ, Seidl MM. Flaxseed and its lignan and oil components reduce mammary tumor growth at a late stage of carcinogenesis. Carcinogenesis. 1996 Jun;17(6):1373-6. PMID 8681458
  8. Jenab M, Thompson LU. The influence of flaxseed and lignans on colon carcinogenesis and beta-glucuronidase activity. Carcinogenesis. 1996 Jun;17(6):1343-8. PMID 8681453
  • Béliveau R. Cuisiner avec les aliments contre le cancer. R. Laffont. 2008
  • Touillaud M, Thiébaut A, Fournier A, Niravong M, Boutron-Ruault MC, Clavel-Chapelon F. Dietary lignan intake and postmenopausal breast cancer risk by estrogen and progesterone receptor status. J Natl Cancer Inst. 2007 March; 99(6): 475–486.
  • Cotterchio M, Boucher B, Manno M, Gallinger S, Okey A, Harper P. Dietary Phytoestrogen Intake Is Associated with Reduced Colorectal Cancer Risk. J Nutr. 2006 December; 136(12): 3046–3053.
  • Donaldson M S. Nutrition and cancer: A review of the evidence for an anti-cancer diet. Nutr J. 2004; 3: 19.
  • Adlercreutz H. Phytoestrogens: epidemiology and a possible role in cancer protection. Environ Health Perspect. 1995 October; 103(Suppl 7): 103–112.