Benoite

De WikiPhyto
Geum urbanum

Nom de la plante

Benoite, Herbe de Saint Benoit, Herbe à la fièvre, Sanicle des montagnes

Dénomination latine internationale

Geum urbanum L.

Famille botanique

Rosaceae

Description et habitat

  • Plante herbacée vivace, eurasiatique et nord-africaine, des bois, talus, friches, sols fertiles et frais, surtout sur terrains calcaires
  • Feuilles pétiolées et dentées, de forme variant selon la position sur la tige, les caulinaires trifoliées
  • Fleurs jaune vif de type 5 avec de nombreuses étamines
  • Le fruit est un akène velu terminé par un style crochu qui s'accroche aux vêtements et au pelage des animaux

Histoire et tradition

  • La racine de benoite, de couleur violacée, libère une odeur de girofle
  • Utilisée jadis comme succédané du Quinquina (au Danemark)

Parties utilisées

  • Racine, rhizome

Formes galéniques disponibles

Dosages usuels

Composition

Composants principaux de la plante

Composants principaux des bourgeons ou jeunes pousses

Composants principaux de l'huile essentielle

Propriétés

Propriétés de la plante

  • Amer et stomachique
  • Astringente
  • Fébrifuge
  • Antidiarrhéique
  • Anti-inflammatoire [1]
  • Une espèce voisine, Geum rivale, est antibactérienne [2]
  • La médecine traditionnelle l'utilise comme antidiabétique [3]

Propriétés du bourgeon

Propriétés de l'huile essentielle

Indications

Indications de la plante entière (phytothérapie)

  • Diarrhées
  • Inflammations digestives
  • Inflammations des muqueuses et des gencives (gargarismes)
  • Engelures
  • Hémorroïdes et insuffisance veineuse
  • Hypersudation

Indications du bourgeon (gemmothérapie)

Indications spécifiques de l'huile essentielle (aromathérapie)

Mode d'action connu ou présumé

  • L’eugénol est anticonvulsivant et antalgique
  • Les tanins sont antibactériens et astringents

Formulations usuelles

  • En décoction de racines, une poignée dans ¾ de litre d’eau, bouillir quelques minutes et laisser infuser 10 minutes. À utiliser en gargarismes dans les angines, pharyngites, inflammations de la bouche et des dents

Réglementation

Effets indésirables éventuels et précautions d'emploi

  • Ne pas conserver au-delà d’un an, car les tanins se polymérisent

Références bibliographiques

  1. Tunón H, Olavsdotter C, Bohlin L. Evaluation of anti-inflammatory activity of some Swedish medicinal plants. Inhibition of prostaglandin biosynthesis and PAF-induced exocytosis. J Ethnopharmacol. 1995 Oct;48(2):61-76. PMID 8583796
  2. L. Panizzi, S. Catalano, C. Miarelli, P. L. Cioni, E. Campeol. In vitro antimicrobial activity of extracts and isolated constituents of Geum rivale. Phytotherapy Research, Volume 14, Issue 7, pages 561–563, November 2000. PMID 11054853
  3. Johnson L, Strich H, Taylor A, Timmermann B, Malone D, Teufel-Shone N, Drummond R, Woosley R, Pereira E, Martinez A. Use of herbal remedies by diabetic Hispanic women in the southwestern United States. Phytother Res. 2006 Apr;20(4):250-5. PMID 16557605
  • Psenák M, Jindra A, Stano J, Suchý V. Vicianose from the root of Geum urbanum. Planta Med. 1972 Aug;22(1):93-6. PMID 5083254
  • Cheng XR, Jin HZ, Qin JJ, Fu JJ, Zhang WD. Chemical constituents of plants from the genus Geum. Chem Biodivers. 2011 Feb;8(2):203-22. PMID 21337496