Hêtre

De WikiPhyto
(Redirigé depuis Fagus sylvatica)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nom de la plante

Hêtre, fayard

Dénomination latine internationale

Fagus sylvatica L.

Famille botanique

Fagaceae

Description et habitat

  • Bel arbre des forêts pouvant atteindre 30 à 40 mètres de hauteur
  • Tronc droit gris cendré se dressant verticalement, soutenant de belles branches charpentières
  • Feuilles ovales coriaces luisantes garnies sur les bords et les nervures de poils blancs soyeux argentés
  • Fruit sec indéhiscent (faîne) enfermé dans une cupule lignifiée, l'huile extraite de la faîne serait comestible [1]

Histoire et tradition

  • Excellent bois de chauffage. Son autre nom plus commun de fayard provient de son nom latin, et a donné nombre de noms de lieux où il prolifère (le Faouet, le Fouet, etc)
  • Proche du charme Carpinus betulus, dont la bordure des feuilles est dentée, contrairement à la bordure poilue du hêtre
    • D'où le moyen mnémotechnique : “Hêtre à poil, Charme à dents” pour les botanistes amateurs
  • La créosote était utilisée autrefois comme antiseptique des voies respiratoires, dans les bronchites, la tuberculose, les affections dentaires

Parties utilisées

Formes galéniques disponibles

Dosages usuels

Composition

Composants principaux de la plante

Composants principaux des bourgeons ou jeunes pousses

Composants principaux de l'huile essentielle

Propriétés

Propriétés de la plante

  • Le xylane est anti-inflammatoire et anti-athéromateux
  • La créosote est antiseptique des voies respiratoires (inusitée actuellement)

Propriétés du bourgeon

  • Le hêtre, qui peut donner de magnifiques forêts, est un arbre assez conditionné, délicat; c'est une essence d'ombre demandant un couvert de longue durée, aimant un climat tempéré avec atmosphère humide, étés sans trop fortes chaleurs ou sans longues périodes de sécheresses hivers sans froids trop prolongés et rigoureux. Indifférent à la nature minéralogique du sol, il est assez exigeant concernant la richesse en humus
  • Dans son milieu naturel, son couvert épais et ses détritus abondants exercent une action bienfaisante sur le sol et les autres espèces. Toutefois cette action est limitée, car il constitue un danger pour les essences de lumière, qu'il tend à étouffer, et pour le sol et l'humus qu'il tend à dégrader en l'acidifiant
  • Il confirme l'étude palynologique, s'inscrivant dans les différentes chênaies mais ne devenant dominant que dans la hêtraie calcicole (dense) et les chênaies en voie d'acidification [2]

Propriétés de l'huile essentielle

Indications

Indications de la plante entière (phytothérapie)

  • Troubles cutanés d’origine circulatoire
  • Prévention de l’artériosclérose

Indications du bourgeon (gemmothérapie)

Indications spécifiques de l'huile essentielle (aromathérapie)

Mode d'action connu ou présumé

Formulations usuelles

Réglementation

Effets indésirables éventuels et précautions d'emploi

  • La créosote est considérée comme cancérogène

Références bibliographiques

  1. Chaumont JP, Morel JM. Se soigner avec les plantes de Bourgogne. Éditions du Belvédère, 2012
  2. Henry Pol. Gemmothérapie, thérapeutique par les extraits embryonnaires végétaux. Edition à compte d’auteur. Bruxelles, 1982.
  3. Ion Tiţă, George Dan Mogoşanu, Monica Gabriela Tiţă. Ethnobotanical inventory of medicinal plants from the south-west of Romania. Farmacia, 2009, Vol. 57, 2 141 texte intégral
  • Arnaldo Codignola, Massimo Maffei and Maurizio Fieschi. Phenols and Bud Dormancy. I. Variations in Total Phenols and Phenylalanine Ammonia Lyase Activity in Dormant Buds of Fagus sylvatica L. New Phytologist, Vol. 108, No. 1 (Jan., 1988), pp. 83-89
  • Arnaldo Codignola, Massimo Maffei, Maurizio Fieschi. Phenols and bud dormancy. II. Qualitative variations in endogenous phenols in dormant buds of Fagus sylvatica L. New Phytologist, Volume 110, Issue 4, pages 473–477, December 1988
  • Wright STC. Seasonal Changes in the Levels of Free and Bound Abscisic Acid in Blackcurrant (Ribes nigrum) Buds and Beech (Fagus sylvatica) Buds. J. Exp. Bot. (1975) 26(2): 161-174 [1]