Eupatoire chanvrine

De WikiPhyto
(Redirigé depuis Eupatorium cannabinum)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Eupatorium cannabinum

Nom de la plante

Eupatoire chanvrine

Dénomination latine internationale

Eupatorium cannabinum L.

Famille botanique

Asteraceae

Description et habitat

  • Endroits humides d’Europe, Asie occidentale et centrale, Afrique du nord
  • Herbacée pouvant atteindre 1,75 m avec feuilles divisées, aiguës et dentées, sommité fleurie : corymbes de petits capitules à fleurs rougeâtres ou blanches
  • L'adjectif cannabinum rappelle que ses feuilles ressemblent à celles de Cannabis sativa

Histoire et tradition

  • La médecine populaire européenne utilise la feuille de la plante récoltée avant la floraison et la racine récoltée au printemps
  • Eupatorium se rencontre dès l'Antiquité chez Dioscoride mais cet Eupatorium/Eupatorion correspondrait à l'aigremoine (Agrimonia eupatoria) qui aurait été destinée au roi Mithridate Eupator du Pont (124-64 avant J.-C.), alors qu'il faut attendre Avicenne qui décrit au II° siècle une plante correspondant à notre Eupatorium cannabinum. Selon Dodonée, il faudrait faire venir le mot eupatorium de hepatorium en rapport avec le mot latin du foie. En effet, cette drogue est préconisée dès lors pour le foie (Goetz)

Parties utilisées

  • Racine, feuille

Formes galéniques disponibles

Dosages usuels

  • Herbe d'eupatoire chanvrine 30 grammes
    • 2 cuillerées à thé pour 2 verres d'eau, laisser macérer huit heures. La solution se consomme dans la journée
  • 10 à 60 gouttes par jour d'extrait fluide
  • Immunomodulation : 30 gouttes d'extrait fluide ou de teinture mère et environ 1 gramme de poudre par jour, toujours en cures discontinues (deux semaines par mois par exemple)

Composition

Composants principaux de la plante

Composants principaux des bourgeons ou jeunes pousses

Composants principaux de l'huile essentielle

Propriétés

Propriétés de la plante

  • Effet cholérétique de l'extrait aqueux [2]
  • Hépatoprotecteur, effet antinécrotique hépatique (prévention et guérison des lésions dues au tétrachlorure de carbone) de l'extrait aqueux [2], [3]
  • Effet immunostimulant important (test de phagocytose) des polysaccharides (4-O-méthylglucuronoxylanes de PM > 500 000 pour l'un et 40 000 pour l'autre) de l'extrait aqueux de parties aériennes [4]
  • Effet cytotoxique (in vitro) et antitumoral (in vivo) de lactones sesquiterpéniques de l'extrait aqueux et de l'extrait alcoolique [5], cytotoxique sur des cellules Jurkat (lignée cellulaire immortalisée de lymphocyte T CD4 humain) [6], sans toxicité aiguë, l'extrait n'est pas toxique à la dose de 6,25 mg / g [7]
  • Antitumorale (recherche) : Eupatoriopicrine, eupatolide, et 51-déhydroxy-eupatriopicrine sont actifs sur les cellules KB (nasopharynx) et HeLa (col utérin), sur les cellules carcinomateuses GLC4 pulmonaires, ainsi que sur la lignée EAT de Ehrlich, les cellules leucémiques P388, les cellules FIO 26 (fibrocarcinome), L5178Y(s) lymphomateuses, et la lignée normale humaine RK13, cancer du colon HT29 [8], cancer du poumon à petites cellules (l'eupatoriopicrine est la molécule la plus antitumorale) [9], [10]

Propriétés du bourgeon

Propriétés de l'huile essentielle

Indications

Indications de la plante entière (phytothérapie)

  • Préventive des affections virales, grippales en particulier, remède de la fièvre et du scorbut
  • Eczéma chronique, empoisonnements
  • Emménagogue
  • Troubles hépato-biliaires (non chirurgicaux) en particulier par cholestase, constipation par insuffisance hépato-biliaire
  • Prévention des maladies virales comme la grippe
  • Complément thérapeutique aspécifique à un traitement immunologique ou antitumoral, cancers

Indications du bourgeon (gemmothérapie)

Indications spécifiques de l'huile essentielle (aromathérapie)

Mode d'action connu ou présumé

Formulations usuelles

Réglementation

Effets indésirables éventuels et précautions d'emploi

  • L'extrait est non toxique à la dose de 6,25 mg / g [7]
  • L'activité des alcaloïdes pyrrolizidiniques de cette plante est mal connue et une véritable étude de toxicité à long terme serait nécessaire
  • L'usage prolongé de l'eupatoire reste donc déconseillé d'après Anton [11]

Références bibliographiques

  1. Julien Paolini, Jean Costa, Antoine-François Bernardini. Analysis of the essential oil from aerial parts of Eupatorium cannabinum subsp. corsicum (L.) by gas chromatography with electron impact and chemical ionization mass spectrometry. Journal of Chromatography A, Volume 1076, Issues 1–2, 27 May 2005, Pages 170–178
  2. 2,0 et 2,1 Lexa, A., Fleurentin, J., Lehr, P. R., Mortier, F., Pruvost, M., & Pelt, J. M. (1989). Choleretic and hepatoprotective properties of Eupatorium cannabinum in the rat. Planta medica, 55(02), 127-132.
  3. Lexa, Annette & Fleurentin, J & Younos, C & Mortiert, F. (1990). Study of antihepatotoxicity of Eupatorium cannabinum L. in mice. An adequate method of screening in vivo antihepatotoxic natural principles. Phytotherapy Research. 4. 148 - 151. 10.1002/ptr.2650040405.
  4. Vollmar Angelika, Schäfer Wolfram, Wagner Hildebert. (1986). Immunologically active polysaccharides of eupatorium cannabinum and eupatorium perfoliatum. Phytochemistry. 25. 377-381. 10.1016/S0031-9422(00)85484-9.
  5. Ribeiro-Varandas, Edna, et al. "Cytotoxicity of Eupatorium cannabinum L. ethanolic extract against colon cancer cells and interactions with Bisphenol A and Doxorubicin." BMC complementary and alternative medicine 14.1 (2014): 264.
  6. Grigore, Alice & Neagu, Georgeta & DOBRE, Nicoleta & Albulescu, Adrian & IONITA, Lucian & IONITA, Carmen & Albulescu, Radu. (2018). Evaluation of antiproliferative and protective effects of Eupatorium cannabinum L. extracts. TURKISH JOURNAL OF BIOLOGY. 42. 334-344. 10.3906/biy-1803-72.
  7. 7,0 et 7,1 Lucian Ionita, Alice Grigore, Lucia Pirvu, Elena Draghici, Corina Bubueanu, Carmen Ionita, Minerva Panteli, Nicoleta Dobre. Pharmacological activity of an Eupatorium cannabinum L. extract. Romanian Biotechnological Letters Vol. 18, No. 6, 2013 texte intégral
  8. Ribeiro-Varandas E, Ressurreição F, Viegas W, Delgado M. Cytotoxicity of Eupatorium cannabinum L. ethanolic extract against colon cancer cells and interactions with Bisphenol A and Doxorubicin. BMC Complementary and Alternative Medicine 2014, 14:264 (24 July 2014)Abstract texte intégral
  9. Woerdenbag HJ, Meijer C, Mulder NH, de Vries EG, Hendriks H, Malingré TM. Evaluation of the in vitro cytotoxicity of some sesquiterpene lactones on a human lung carcinoma cell line using the fast green dye exclusion assay. Planta Med. 1986 Apr;(2):112-4. PMID 3725930
  10. J. Woerdenbag, H & Hendriks, Helma & M. Malingré, Th & van Stralen, R & van den Berg, Keimpe & W. T. Konings, A. (1988). In vitro cytotoxicity of sesquiterpene lactones from Eupatorium cannabinum L. and semi‐synthetic derivatives from eupatoriopicrin. Phytotherapy Research. 2. 109 - 114. 10.1002/ptr.2650020302.
  11. Wichtl Max, Anton Robert. Plantes thérapeutiques : Tradition, pratique officinale, science et thérapeutique. Ed. Tec & Doc. Cachan. 1999.
  • Hendriks H, Malingré TM, Elema ET. Pyrrolizidine alkaloids, flavonoids and volatile compounds in the genus Eupatorium. Eupatorium cannabinum L., an ancient drug with new perspectives. Pharm Weekbl Sci. 1983 Dec 16;5(6):281-6. PMID 6364036
  • Jakub P. Piwowarski, Birgit Waltenberger, Hermann Stuppner, Anna K. Kiss, Sebastian Granica. The analysis of phenolic compounds from the aerial parts of Eupatorium cannabinum L. subsp. cannabinum. Biochemical Systematics and Ecology, Volume 79, 2018, Pages 37-43, https://doi.org/10.1016/j.bse.2018.05.001.
  • Woerdenbag HJ. Eupatorium cannabinum L. A review emphasizing the sesquiterpene lactones and their biological activity. Pharm Weekbl Sci. 1986 Oct 17;8(5):245-51. PMID 3537953